shadow

Innovation, Performance & Leadership Collaboratifs

Les 6 styles de Leadership Personnel selon Daniel Goleman

Oser-Collaborer - 6 styles de Leadersgip - Daniel GolemanLe terme leadership exprime aussi l’ensemble des qualités personnelles et des compétences relationnelles d’une personne, appelée aussi Leader. On dit souvent qu’une personne écoutée et respectée fait preuve de leadership.

Selon Daniel Goleman le leadership est constitué d’un ensemble de qualités personnelles et de compétences relationnelles.

Daniel Goleman met en exergue 6 styles de leadership dans la Harvard Business Review :

  1. le directif
  2. le chef de file
  3. le leader visionnaire
  4. le leader collaboratif
  5. le leader participatif
  6. le leader coach

Le leadership Directif (Coercive)

Comme le présente Blanchard dans sa théorie du management situationnel, le leadership directif est le plus autoritaire. Il est moins fondé sur le relationnel que les 5 autres types de leadership.

Il impose comme slogan « Faites ce que je vous dis de faire » ainsi il commande des directives.

Ce style de management a l’avantage de développer des avancées rapides et concrètes. Mais si celui-ci n’est pas utilisé à bon escient, il peut engendrer une résistance passive chez ses salariés et s’avérer contre-productif.

Souvent mis en place en cas de crise majeure, le leadership directif permet de prendre un virage serré dans une situation particulière, avec certaines personnes. Le manager a besoin d’être le seul décisionnaire.

Le Leader chef de file (Pacesetting)

Non moins exigent que le leader directif, le chef de file attend de ses collaborateurs l’excellence. C’est lui qui, avec un soupçon d’autorité, montre l’exemple à suivre, il donne le rythme. Pour son équipe, il souhaite atteindre le plus haut niveau de performance.

Il est comme son cousin directif, davantage concentré sur les objectifs plutôt que sur une vision d’ensemble. Étant moins attentif sur l’Humain, ce type de management a parfois des répercutions négatives car il écarte ceux qui ne suivent pas le Leader. Si l’équipe au complet parvient à suivre la cadence imposée par le leader, les objectifs sont efficacement atteints. Pour avoir un maximum de chance d’être suivi, le leader doit prendre son rôle de modèle au sérieux. En montrant l’exemple il stimule la motivation de ses salariés.

Le leader visionnaire (Authoritative)

C’est un leader charismatique qui fédère ses équipes autour d’une idéologie, une vision. Il donne le pourquoi, le sens de cette vision mais il laisse à ses managers le soin de s’occuper de la manière dont procéder à la réalisation.

Son atout ? La communication. Il sait comment parler à ses équipes, comment rebooster leur énergie. Il est toutefois nécessaire de faire attention à ne pas être trop évasif dans sa manière de faire passer la vision. Il faut qu’elle soit directement applicable !

En véritable orateur, le leader visionnaire apporte du sens aux changements, il sait fédérer autour de ses objectifs.

Le leader collaboratif (Affiliative)


Il cherche essentiellement la cohésion, l’expertise et l’harmonie. Il laisse une grande place à l’échange pour comprendre les besoins de ses équipes, identifier les problèmes rapidement. Cette vision renforce la motivation et la confiance des collaborateurs à court terme (voire à moyen terme).

Le leader collaboratif rencontre rapidement des limites avec des collaborateurs très performants qui attendent un modèle plus exigent comme le Chef de file. Le leader collaboratif ne valorise que le groupe et ne permet pas aux individus de s’épanouir à titre individuel.

Le leader participatif (Democratic)


Il prône l’intelligence collective en premier lieu. Il laisse tous les membres de son équipe participer, prendre des initiatives. Pour le leader participatif le dialogue est la clé de LA bonne idée. Dans ce climat, chacun se sent entendu et surtout écouté.

Ce style améliore la créativité par le brainstorming. Il est efficient sur un terme plutôt long.

Dans la quête du changement, ce style de leadership peut être efficace. Il permet d’obtenir démocratiquement l’engagement de ses collaborateurs.

Le leader « Coach » (Coaching)


Il vise l’autonomie de chaque membre de son équipe et les aide à développer des compétences. Il croit au potentiel de chacun de ses salariés. Il invite les membres de son équipe à être visionnaire pour eux-mêmes.

C’est un management ambivalent, il s’agit de donner les clés de la réussite tout en laissant l’autonomie. Plusieurs difficultés se présentent au « coach ».

Il doit cultiver l’intelligence collective tout en veillant à ne pas négliger ses propres objectifs. Il doit poser des limites justes, définies et efficaces. Il a besoin de mettre en marche le feedback constructif. Ce type de leadership s’applique pour un projet à long terme, il n’est pas efficient quand il s’agit de rendre compte de résultats rapidement.

Oser-Collaborer - Daniel Goleman

TOP